Journée mondiale des refugiés à Kinshasa

–  Esatis Lebon, 20 juin 2017

Esatis Lebon at the World Refugee Day in Kinshasa

Le slogan choisi par le comité des réfugiés de Kinshasa (COMREF) en sigle est : « passer le message », tandis que la Commission Nationale pour Réfugiés (CNR) et le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR) ont quant à eux choisi : « # avec les réfugiés ». Ainsi, quatre (4) commissions importantes ont été instaurées par ces trois partenaires par parmi les commissions de la dite journée pour favoriser le message des réfugiés urbains de Kinshasa en RD Congo. Il s’agit de :

  • La commission discours supervisée par un réfugié ougandais avec une équipe de rédaction constituée d’un représentant de chaque communauté des réfugiés à Kinshasa. Quatre points importants sont à retenir cette commission :
  1. Santé : la médiocrité des soins médicales qui d’abord ne sont que des soins primaires.
  2. Éducation : une solution immédiate par rapport à la prise en charge des études secondaires et universitaires dès l’année académique 2017-2018 car selon cette commission, un réfugié peut tout perdre derrière lui, mais son avenir reste à conquérir.
  3. Social : la concrétisation des activités génératrices de revenue (AGR), l’autonomisation des réfugiés sans discrimination et la réinstallation des demandeurs d’asile.
  4. Le dernier point concerne la levée immédiate et sans condition de la fameuse mesure d’éligibilité prise par la CNR et le HCR contre les réfugiés centrafricains arrivés à Kinshasa en 2013 et le renforcement de la sécurité des refugiés.
  • La commission théâtre supervisée par un réfugié centrafricain a développé une nouvelle conception du mot (HCR) H comme Humanisme ; C comme Courtoisie et R comme Refuge… Cette commission dans sa scène accuse le HCR de la non-assistance aux personnes en danger tout en se focalisant sur la crise économique mondiale et demande aux donateurs nationaux et internationaux de soutenir le HCR afin de subvenir aux besoins des refugiés.
  • La commission poème est aussi supervisée par un réfugié centrafricain. Cette commission a présenté 4 poèmes qui sont : « Africain en discorde » ; « 4ans en enfer » ; « ma fierté » ; « HCR mari de la paix ».
  • Quant à la commission musique rap, le jeune rappeur slameur, centrafricain sous statut des réfugiés en RDC, accompagné de son équipe, ont présenté deux morceaux tirés de son album « Amour de la patrie » en préparation au studio. Avec ses deux titres « stop à la guerre » et « amour de la patrie », il a amené une chaleur agréable et l’ambiance dans le centre culturel Bilembo, lieu de la festivité avant que les autres commissions puissent lancer leur message dans un climat parfumé d’ambiance musicale.


Ces quatre commissions qui selon les réfugiés sont des commissions qui détiennent la solution à leur problème ont chacune donné un résultat satisfaisant aux réfugiés ce qui a marqué une grande différence entre JMR 2017 et les précédentes. Après ,viennent les commissions de la danse traditionnelle présentée par tous les communautés réfugiés et capoeira plus le spectacle para dignita présentés par deux capoeiristes venus du camp de Molé accompagné des ceux de Kinshasa.

JMR 2017 est parrainée par madame Francine Muyumba, présidente de la jeunesse africaine qui a été applaudi par les réfugiés lorsqu’elle demande dans son discours au HCR et ses partenaires de respecter les droits fondamentaux des réfugiés et de penser à l’éducation des jeunes.

A Kinshasa, la journée mondiale des réfugiés est l’unique occasion pour les réfugiés urbains de faire entendre leur voix et d’attirer l’intention des donateurs national qu’international sur leur problèmes. Cette année, nous avons pensé lancer notre message de secours dans une bonne ambiance et nous attendons des suites favorables à nos plaintes tout en espérant sur le bon sens d’humanisme du HCR et ses partenaires…

Esatis Lebon, rappeur slameur (réfugié centrafricain)


À lire aussi: un rapport sur la Journée mondiale des refugiés à Bangui par Max-Landry Kassaï