Tchad : IYINA – Les jeunes sont fatigués, le régime réprime

– Deuhb Emmanuel Zyzou, 17 avril 2017.

#FreeNadjo #FreeSollo

Un an après avoir gagné l’élection présidentielle, largement contestée par la classe politique et la société civile, le président tchadien, Idriss Deby Itno fait face aujourd’hui à un phénomène nouveau et incontrôlable : une  jeunesse revendicative. Des arrestations des journalistes et activistes se multiplient.

Dans la soirée du jeudi 6 avril 2017, le porte-parole du mouvement citoyen IYINA, Nadjo Kaïna de retour d’une réunion avec les membres du mouvement  fut enlevé par les agents de renseignement, la police politique du régime de Deby. (A l’heure où nous écrivons ces lignes, il reste sans nouvelles).

Cette arrestation fait suite à l’appel lancé par le mouvement citoyen IYINA demandant à la population tchadienne de sortir massivement marcher le lundi 10 avril 2017 (jour commémoratif du hold up électoral du 10 avril 2016) contre le régime de Deby. Une marche pacifique où les manifestants s’habilleront en tenu « rouge » et foulards rouge ce jour-là.

Nadjo Kaïna qui en 2016 sur cette même histoire de l’élection présidentielle de 2016 fut arrêté et croupit en prison avec quelques leaders de la société civile : Mahamat Nour Ibédou, Younous Mahadjir Gabriel, de la coalition « ça suffit » Celine Narmadji porte-parole du collectif « Trop c’est trop » les 19 et 21 mars 2016 pour avoir préparé une marche contre la candidature du président tchadien aux élections du 10 avril 2016. Une marche pourtant pacifique est qualifiée de trouble à l’ordre publique par le régime. Ils furent relâchés quelques mois plus tard.

Le lundi 10 avril 2017, 4 jours après l’arrestation du porte-parole d’IYINA, Nadjo Kaïna, 12 membres du mouvement ont été arrêté lors d’un rassemblement pour suivre l’appel à manifester. Parmi les 12 personnes arrêtés, détenus au commissariat central de N’Djamena il y’a 2 demi-frères de Nadjo Kaïna.

Le mercredi 12 avril, c’est-à-dire deux jours après, les 12 personnes arrêtées ont été relâcher. Mais le leader Nadjo Kaïna reste sans nouvelle.

Le 15 avril 2017, le Secrétaire national francophone Bertrand Sollo Ngandjei, recherché il y’a quelques jours par la police politique (ANS) de Deby, s’est fait piéger par un journaliste pour une interview et est arrêter ce jour. Il est actuellement détenu dans un lieu tenu secret. Avant son arrestation, Solo nous a fait savoir lors d’une conversation téléphonique des menaces qui paissaient sur lui. Nous avions tenté de le voir, ce n’était pas possible.

Pour rappel,  Le mouvement citoyen Iyina en ARABE tchadien qui veut dire « on est fatigué » est créé en 2015, est une plate-forme de 11 organisations reconnus, regroupant les artistes et les personnes ressources. Il est à but non lucratif et intervient sur l’ensemble du territoire national.

IYINA lutte pour le bien-être du Tchad dont : l’alternance démocratique et pacifique au Tchad ; la bonne gouvernance dans toutes ses formes ; le respect des droits de l’Homme et la valorisation des potentialités des jeunes et leurs implication dans le processus de prise de décision.

Les membres du mouvement IYINA sont composés majoritairement des jeunes, nés pendant ou après l’arrivée du président tchadien Idriss Deby Itno en décembre 1990 au pouvoir. Ces jeunes ne veulent rien d’autre que l’alternance au pouvoir.

A Moundou et à Kelo, deux villes au Sud du Tchad, des membres d’IYINA sont traqués par les agents de renseignement. D’autres sont obligés de quitter la ville et se réfugier dans des petits villages environnant.

Photo: N’Djaména streetlife, Mirjam de Bruijn



« (Previous News)