Tchad/Sénégal : Le verdict du procès Habré – l’Afrique châtie ses dictateurs

Fruit d’un long combat de plus 25 ans des victimes de crimes de l’ancien homme fort du Tchad, de la société civile, de HRW et de l’Etat tchadien. Jugé en juillet 2015 dans la capitale sénégalaise, l’ancien président du Tchad a été, sans grande surprise condamné à perpétuité ce lundi 30 mai 2016 au Sénégal par les Chambres africaines extraordinaires.

« Hissène Habré, la chambre vous condamne à prison à perpétuité », déclare le président de tribunal, en levant les yeux vers ce dernier. Accusé de crime contre l’humanité, crime de guerre, de tortures et de violences sexuelles. Un procès dit historique.

Un ouf de soulagement des victimes de la barbarie d’un homme pas comme les autres, puisque cruel, Habré l’est. 40.000 morts à son actif, l’homme a montré à la face du monde, une fois de plus que seul le ciel est sa limite. Caché derrière son turban et sa lunette de soleil, il se détourne de tout regard des intervenants tout au long de son procès. Un silence une fois de plus cruel. Un manque de respect envers les victimes de son atrocité.

Nous sommes nombreux, nous jeunes africains qui constituons la majorité et qui ne connaissons pas les vrais versions des faits – Habré aurait dû broncher, même si c’est un mensonge. On n’attendait qu’une bribe de témoignage de sa part. Intelligent, l’homme l’est, à ce qu’il parait, mais pourquoi n’arrive-t-il pas à prendre de la hauteur ?

L’homme, Habré à jamais isolé, privé de sa liberté. Au fond de sa cellule, si luxuse soit-elle comprendra ce que c’est la souffrance. Parce que l’histoire, tellement lente finit toujours par prendre le dessus.

Hissene-Habre-outside-cou-008

L’Afrique châtie
Les africains dans leur majorité se disent scandaliser par le fait que la Cour Pénale Internationale s’acharne sur les présidents africains. En fin, l’Afrique, malgré les difficultés de la tenue de ce jugement parvient à sortir la tête de l’eau. Mais des interrogations, font surface dans la capitale tchadienne : pourquoi l’actuel président du Tchad n’est pas dans le box des accusés ?

Partout en Afrique il y’a des atrocités de jour en jour. Au Burundi, au Congo, au Tchad… avec des présidents à vie… passeront-ils un jour devant ces chambres africaines ? L’histoire nous le dira, puisqu’elle ne ment pas !

Deuhb Emmanuel