Ray’s Kim EDM, le nouveau Smokey tchadien?

– Deuhb Emmanuel Zyzou, 14 février 2018

Artiste rappeur-slammeur, Ray’s Kim le «Bunda Boss» comme l’appel fièrement ses admirateurs a animé ce lundi 29 Janvier 2018 en pleine crise sociale dans son pays le Tchad une conférence de mobilisation et d’appel à rassemblement des artistes contre les mesures antisociales.

Artistes musiciens, humoristes, écrivains, leaders des mouvements citoyens et les invités d’honneurs qui sont les journalistes ont rempli la grande salle de conférence de la maison de médias ce lundi dès 10H tel un concert de l’artiste lui-même. Pour la première fois au Tchad, un artiste, populaire, la voix des sans voix a voulu faire quelque chose de spéciale : les musiciens tchadiens doivent aller au-delà de leurs textes, de leurs chansons engagés, de leurs spectacles, mais de se positionner. Choisir leur camp. Le jeune rappeur refuse d’être du mauvais côté de l’histoire.

Choisir son camp, Ray’s Kim EDM a fait le sien : le camp des opprimés. Chose qu’il a fait dans ses chansons depuis la sortie de son premier album en 2010, mais pour lui cela ne suffit pas. Insatisfait, le jeune rappeur d’ailleurs conscient qu’à seul on ne peut aller loin a appelé tous les autres artistes de toutes corporations à se joindre à lui pour qu’ensemble ils puissent mener dans les jours à venir des actions de grandes envergures pour le bien du peuple tchadien , « les artistes tchadiens, leaders d’opinions qu’ils sont, doivent s’affirmer, arrêter d’être passif face à la situation actuelle, pour ma part, je ne peux être insensible, c’est pourquoi j’ai décidé de prendre position et j’invite à cet effet mes collègues à faire pareille, question d’apporter notre contribution à la construction de notre pays, le Tchad » dit-il.

Cette conférence a eu lieu à cause de la grave crise que traverse le Tchad en ce moment. Au même moment, des graves altercations s’observent entre policiers et élèves dans la ville, une grève sèche lacée par les différentes corporations des Syndicat suite à l’abattement des salaires des fonctionnaires, suivi d’une centaine d’arrestation…

La mobilisation a été de taille, les leaders de la société civile dont le Mouvement Citoyen IYINA, la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains, le Collectif Tchadien Contre la Vie Chère, le Mouvement Jeunesse en marche et le Projet pour une Alternance Crédible au Tchad ont pris la parole tour à tour pour encourager l’artiste vis-à-vis de son engagement et sa détermination. Pour le deuxième porte-parole de IYINA, KEMBA Didah Alain : « Nous sommes en train d’écrire l’histoire de la lutte aujourd’hui. L’initiative de Ray’s Kim est plus que énorme, l’histoire nous a montré notamment au Sénégal et au Burkina qu’avec les artistes, la lutte a porté, j’invite à ce propos tous les artistes à se joindre à lui ». Par ricochet, la question de la marche du 25 janvier a été abordé, une marche au cours de laquelle Ray’s Kim jouait un rôle important, d’abord par un appel vidéo la veille puis sa présence sur le terrain. « On n’avait pas pensé à unir des artistes à la lutte citoyenne, je ne connais pas Ray’s Kim avant, mais c’est à travers sa vidéo sur facebook que je l’ai connu, mais quel engagement ! Cet artiste et les autres nous ont tous impressionnés. Désormais on a une autre valeur ajoutée », lance IBEDOU.

L’artiste Ray’s Kim ne se revendique pas le « sauveur du tchadien », loin d’être le rappeur Smokey qui a changé le destin du Burkina-Faso avec les autres artistes, mais Ray’s Kim se veut juste un jeune tchadien qui se sent concerné et avec son pouvoir de mobilisation, l’homme pense qu’il peut être utile.

Et à l’artiste d’exiger : « L’arrêt immédiat des répressions envers la population qui exprime sa colère de façon pacifique ; le versement de la différence sur le salaire des fonctionnaires amputé, ces derniers ne doivent pas payer le prix de la mauvaise gouvernance du régime de Deby ; la réduction au prix initiale de 5.000f, les frais de dépôt des dossiers  au baccalauréat pour les candidats qui est passé de 5000f à 15000f cette année ; la réduction effective des prix du carburant à la pompe ». Enfin, Ray’s Kim lance un appel à tout le peuple tchadien, victime de cette servitude imposée par le MPS à rester mobilisé et à  répondre à tous les mots d’ordres qui seront lancés dans les jours à venir. La liberté s’arrache au prix d’une lutte dit-on, alors, peuple tchadien, ta liberté naitra de ton courage !

Pendant que nous mettons sous presse cet article, l’artiste Ray’s Kim est activement recherché par les agents de renseignement à cause de sa conférence de presse. Comme quoi, le régime de Deby recule de jour en jour vis-à-vis de la liberté d’expression.