Rapport du colloque « Société civile et gouvernance » à N’Djaména

– Par Hoinathy Remadji

Du 14 au 16 février 2017 s’est tenu, dans les locaux du CEFOD à N’Djamena, le colloque international sur le thème « Société civile et gouvernance ».

Organisé par le CRASH, ce colloque s’inscrit dans le cadre du projet de recherche postdoctoral de Dr Hoinathy Remadji. Ce projet s’intitule, « Traduction des modes alternatifs de gouvernance dans le contexte africain : les initiatives de la société civile locale et internationale pour l’amélioration de la gouvernance dans les industries extractives au Tchad[1] ». D’une durée de 3 ans, il a été financé par la Fondation Volkswagen dans le cadre de son initiative ‘Knowledge for Tomorrow – Cooperative Research Projects in Sub-Saharan Africa (Junior fellowship)/ Call for Pre-Proposals for Postdoctoral Fellowships in the Humanities in Sub-Saharan Africa and North Africa’.

 

Clôturant les activités de recherche du projet, le colloque avait pour but de contribuer à une compréhension sociohistorique de la société civile au Tchad et ailleurs. De manière plus spécifique, il visait à :

– Analyser les apports de la société civile dans la gouvernance d’une manière générale ;

– Analyser les actions de la société civile en matière de gouvernance pétrolière ;

– Analyser les autres « modes de gouvernance locale » tels la délivrance des services publics ;

– Explorer les interrelations entre les administrations publiques et les OSC, etc.

Il a réunissant une cinquantaine de participants, composés des chercheurs universitaires et professionnels de la société civile, des étudiants et personnels des agences de coopération (UE, Misereor…). Les intervenants et les participants à ce colloque sont venus du Niger, d’Allemagne, de la Hollande, du Cameroun, du Sénégal, de la République Démocratique du Congo, du Nigéria, de la Suisse et du Tchad.

Il a été ouvert par une leçon inaugurale du Professeur Prof. Mahaman TIDJANI ALOU du Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local (LASDEL) de Niamey (Niger), sur « Eléments de conceptualisation et d’analyse du concept de Société civile ». Sur les deux jours, 3 panels se sont succédé à savoir :

i). Panel 1. Société civile et gouvernance des industries extractives et l’autre sur la Société civile et Gouvernance politique A, avec 4 présentations :

  1. Société civile et reconfiguration de la gouvernance des industries extractives au Cameroun : Entre reproduction et restructuration des modes de gouvernance extractive, M. Bertrand Magloire Ndongmo, Université de Douala ;
  2. Société civile et équilibre des intérêts dans la réalisation des activités extractives en Afrique, M. Mahamat Atteib Dahab Atteib, Université Gaston Berger, Saint-Louis ;
  3. « Contenu local » et société civile dans le secteur pétrolier au Tchad : un verre à moitié plein ? M. Mathieu Zoutenet, Université de Nouakchott.
  4. « La transparence : un débat d’experts ?» Dr Hoinathy Remadji, CRASH.

Ce panel a été présidé par M. Allah-Kauis Neneck du CRASH et discuté par Dr Andrea Berhends, de l’Université de Halle en Allemagne.

ii). Panel 2. Société civile et gouvernance des industries extractives et l’autre sur la Société civile et Gouvernance politique B, avec 4 présentations :

  1. L’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) au Sud du Tchad. Une gouvernance des ressources inachevée, M. Allah-Kauis Neneck, CRASH ;
  2. Les initiatives du GRAMP/TC pour l’amélioration de la gouvernance environnementale et socio-économique dans les industries extractives au Tchad, Dr Moutedé-Madji Vincent, GRAMPTC ;
  3. Pétrole et « syndrome circassien » : émergence et démembrement d’un assemblage global dans les années 2000 au Tchad, Ismaël MAAZAZ, IFAN Ibadan ;
  4. Transparence dans les industries extractives : analyse critique sur le rôle de la coalition tchadienne publiez ce que vous payez – publiez ce que vous gagnez à la gouvernance pétrolière au Tchad. Kouladoum Peurngar Pascal, CRASH.

Ce panel a été présidé par Dr Hoinathy Remadji du CRASH et discuté par Prof Mirjam de Bruijn, de l’Université de Leiden au Pays-Bas.

iii). Panel 3. Société civile et Gouvernance politique A, avec 3 présentations :

  1. Les pratiques concrètes de la gouvernance de l’aide au développement au Tchad, substitution ou appropriation? Cécile Petitdemange, Université de Genève ;
  2. Citoyenneté turbulente dans l’époque des NTICs au Tchad, Mirjam de Bruijn, Université Leiden Pays-Bas ;
  3. Des limites des luttes idéologiques a l’essai des révolutions populaires : les mouvements citoyens dans la métamorphose sociopolitique de l’Afrique, Esaïe Yambaye et Dieudonné Vaïdjiké, Université de N’Djaména.

Ce panel a été présidé par M. Kaguenang Félix du CRASH et discuté par Prof. Thomas Bierschenk de l’Université de Mayence en Allemagne.

iv). Panel 4. Société civile et Gouvernance politique B, avec 4 présentations :

  1. Gouvernance carcérale au Tchad et pratiques informelles : une fenêtre d´opportunité des OSC pour de meilleures conditions de détention ? Félix Kaguenang, CRASH;
  2. La contribution de la société civile à la gouvernance politique au Tchad: analyse socio-historique de l’apport du syndicalisme, Olivier Guiryanan, Université de N’Djaména;
  3. Engagement de l’Eglise Catholique pour la paix, la démocratie et la stabilité en RDC. Possibilités, contraintes et perspectives, Jean Pierre Mpiana Tshitenge, Université de Kinshasa.

Ce panel a été présidé par M. Adam NETCHO du CRASH et discuté par M. Ismaël MAAZAZ de l’IFAN Ibadan au Nigéria.

 

Les communications du colloque constitueront le premier volume du Cahier Tchadien des Sciences Humaines et Sociales, une revue scientifique en sciences sociales fondée par l’Université d’Aix en Provence en France, le Département d’anthropologie À N’Djaména et le CRASH.


[1] En anglais : Translating alternative modes of governance in Africa: local and international civil society initiatives to enforce governance and human rights in Chad”.